Avis d'expert

Essai routier : Volvo XC40 2019

8,1
10
SCORE AutoHebdo
Ce score est attribué par notre équipe d’experts après des tests approfondis de la voiture
  • STYLISME
    9/10
  • Sécurité
    8/10
  • COMMODITÉ
    8/10
  • UTILISATION/ERGONOMIE
    8/10
  • CARACTÉRISTIQUES
    8/10
  • GROUPE MOTOPROPULSEUR
    8/10
  • CONFORT
    9/10
  • AGRÉMENT CONDUITE
    7/10
  • CONSOMMATION DE CARBURANT
    8/10
  • VALEUR
    8/10

Photographie : Jeff Wilson

Voici le résultat de la première incursion de Volvo dans le monde des utilitaires de luxe compacts. Une arène déjà bien remplie avec des joueurs de renom comme l’Audi Q3, l’Acura RDX, le BMW X1, le Lexus NX, le récent Jaguar E-PACE, Mercedes GLA, et l’Infiniti QX30. On se devait donc de créer quelque chose de différent pour se démarquer.

Une silhouette unique

Si vous êtes comme moi, il vous est difficile de distinguer un BMW X1 d’un X3 et même d’un X5. Cette confusion n’est pas unique à BMW. Les constructeurs ont pris la mauvaise habitude de dessiner tous leurs modèles sur le même moule. Heureusement, Volvo a fait l’effort de ne pas construire le XC40 à l’image du XC60 ou du XC90. On note la forme plus angulaire, la stature générale plus carrée. La fenestration est plus petite lui procurant un air plus robuste, notre version R-Design offre même une peinture deux tons distinctive. Le XC40 ne repose pas sur un châssis raccourci du XC60 ou du XC90.

Volvo a utilisé une plateforme spécifique pour le modèle baptisé CMA pour « Compact Modular Architecture » , une plateforme développée en Suède conjointement avec la marque Chinoise Lynk & Co qui fait aussi partie du conglomérat appartenant à Geely, le propriétaire de Volvo.

Habitacle zen

L’ambiance à bord est un peu plus frivole que ce à quoi nous a habitués Volvo et sa zénitude suédoise. On retrouve un amalgame de couleurs plus vivantes et des touches de fantaisie comme les évents d’air qui se détachent du tableau de bord en petites nacelles oblongues, et les bandes de garniture de tableau de bord torsadées sur la surface principale. Vous avez de l’aluminium qui remplace le bois et cette espèce de matériel – qui ressemble à de la mousse de sécheuse et qui recouvre les contreforts de porte et autres surfaces en plus de se marier à la couleur du tapis – pour le moins audacieux.

Toutes les versions disposent d’un écran tactile central et d’un système de navigation complet avec alerte de trafic et affichage TFT. Comme toujours avec le système à écran tactile de Volvo, il offre de jolis graphiques et des menus compréhensibles. Mais attention, facile à comprendre n’est pas la même chose que facile à utiliser. Le système exige malheureusement beaucoup de manipulation et plusieurs couches de menu rendent parfois la tâche un peu compliquée. Un plus grand nombre de boutons pour autant de raccourci aiderait la cause. Les sièges sont d’un confort supérieur, et la position de conduite est bonne et un peu plus élevée comme l’est celle d’un VUS. Il y a suffisamment d’espace pour deux adultes à l’arrière et plusieurs espaces de rangement de bonnes dimensions dans les portes et derrière la console centrale. Vous avez même un bac amovible qui peut servir à récupérer les déchets et quelques traîneries dans la voiture.

En plus du système Apple Carplay et Android Auto, vous avez droit à l’avertisseur de présence d’obstacle latéral et arrière avec freinage autonome en marche arrière, l’aide au maintien de voie, le régulateur de vitesse adaptatif, l’aide au départ en pente, le système de contrôle en descente, les phares adaptatifs et directionnels, les rétroviseurs à atténuation automatique et la caméra de recul ainsi que la caméra 360 degrés.

Une seule mécanique

En général chez Volvo, vous avez le choix d’une version T5, T6 ou T8. Dans le cas du XC40, la seule variante disponible chez nous est le T5. L’Europe a droit à une version T3 et T4 avec moteur diesel de 150 ou 190 chevaux. L’Amérique du Nord a droit au moteur 4-cylindres 2-litres turbo déjà bien connu du public. Dans cette application, il développe 247 chevaux et 258 lb-pi de couple. Il est jumelé à une transmission automatique à 8 rapports et notre modèle R-Design offrait des changements de vitesse avec palettes au volant. Pour ceux qui se demandent si ce moteur suffit à la tâche, dites-vous que le 0–100 km/h se fait en 6,5 secondes, un temps raisonnable. Tous les modèles sont également livrés avec un rouage intégral.

Pas d’ambition sportive

Il ne faut pas avoir trop d’attente au volant. Comme la majorité des produits Volvo, on mise sur le confort et pas sur le sport. La boîte de vitesses à 8 rapports peut être un peu indécise, et quand elle fait un choix, elle est souvent accompagnée d’une secousse. Pour contrecarrer ce petit problème, on utilise les palettes au volant, cela permet de maintenir le moteur dans sa plage de régime la plus acceptable sur le plan sonore, et s’assurer que la transmission ne cherche pas l’économie de carburant en changeant de rapport à trop bas régime.

Une mention honorable pour la suspension qui profite d’un débattement assez grand pour procurer un confort surprenant allant même jusqu’à aplanir les routes défoncées avec une facilité surprenante. Même avec cette apparence mollasse, Volvo arrive tout de même à donner un certain tonus au XC40. L’amorce d’une courbe va sembler à première vue un peu molle, mais une fois le roulis initial passé, le châssis tient le coup et la bonne calibration de la suspension jumelée à un châssis rigide et un rouage intégral solide donne finalement un résultat crédible. Un petit volant et un rapport raisonnablement rapide le rendent étonnamment léger et agile dans les carrefours de la ville. Cela dit, la direction est prise dans le caoutchouc mou et rend très peu de sensations au conducteur. Bref, pour les sensations fortes au volant, vous êtes au mauvais endroit.

Le XC40 a plutôt un châssis rigide et relaxant qui procure un confort acoustique agréable avec peu de bruits de vent. Sur la liste des options, vous avez droit au Pilot Drive, un radar de croisière et un suivi de voie qui veille au grain pour vous. Vous avez aussi droit à un étalonnage hors route. Ce n’est pas un Land Rover ou un Jeep, mais avec 21 cm de garde au sol, vous allez vous défendre.

Conclusion

Volvo a accouché d’un modèle différent et rafraîchissant qui n’essaie pas d’être autre chose qu’un petit utilitaire confortable. L’habitacle est bien organisé et relaxant. Il y a des rangements en quantité, même si le coffre est un peu plus petit que la moyenne. Dans l’ensemble, un premier essai fort convaincant.

Les concurrents
Caractéristiques
Cylindrée 2,0L
Nb. de cylindres L4
Puissance 248 ch à 5 500 tr/min
Couple 258 lb-pi de 1 800 à 4 800 tr/min
Consommation de carburant 10,3/7,5/9,0 L/100 km ville/route/comb
Volume de chargement 460 / 1 337 L sièges abaissés
Modèle à l'essai Volvo XC40 R-Design 2019
Prix de base 44 100 $
Taxe climatiseur 100 $
Frais transport et préparation 1 395 $
Prix tel qu’essayé 50 295 $
Équipement en option
4 700 $ – Groupe Commodités (sièges arrière à déblocage commandé électriquement, système de conduite semi-autonome Pilot Assist, régulateur de vitesse adaptatif, comprend verrouillage électrique de sécurité pour enfants, portes arrière, hayon à commande électrique, compartiment de rangement avec couvercle sous l’assise du siège conducteur, recharge par induction pour téléphone intelligent, ouvre-porte de garage intégré HomeLink, boussole (au rétroviseur intérieur), plancher d’espace utilitaire repliable avec support pour sacs à poignées, prise de courant de 12 V dans l’espace utilitaire) 1 600 $; Ensemble Climat (sièges arrière chauffants, volant chauffant, lave-phares haute pression, gicleurs de lave-glace chauffants) 1 250 $; Peinture Blanc métallisé deux tons 900 $; Système audio Harman/Kardon 950 $